Disponible dans ces langues
English edition Dutch edition German edition Polish edition Italian edition Brazilian edition French edition Serbian edition Swedish edition Indonesian edition Ukrainian edition Spanish edition Albanian edition Hungarian edition Macedonian edition Slovenian edition Chinese edition Russian edition Finnish edition Slovak edition
"Ce livre a une force explicative formidable. Il peut libérer votre esprit."
Jeffrey Tucker, rédacteur en chef du Laissez Faire Books

Démocratie - le dernier tabou

« Les maux dont souffre aujourd'hui la démocratie ne peuvent être guéris que par davantage de démocratie. » Cette vieille citation d'un homme politique américain rend bien compte, sous forme condensée, de la façon dont notre système politique démocratique est considéré. Les gens sont prêts à reconnaître que la démocratie peut avoir ses inconvénients — ils sont peut-être même prêts à reconnaître que de nombreuses démocraties parlementaires occidentales sont au bord du précipice — mais ils ne parviennent pas à imaginer une alternative. Le seul remède auquel ils pensent, précisément, est davantage de démocratie.

Peu sont ceux qui nieraient que notre système de démocratie parlementaire est en crise. Les citoyens des pays démocratiques sont partout insatisfaits et profondément divisés. Les hommes politiques se plaignent de ce que les citoyens se comportent comme des enfants gâtés, et les citoyens se plaignent du fait que les hommes politiques ne répondent pas à leurs souhaits. Les électeurs sont devenus notoirement volages : leur allégeance passe régulièrement d'un parti à un autre. Ils sont aussi de plus en plus attirés par les partis radicaux et populistes. Partout le paysage politique se fragmente, ce qui rend plus difficile le dépassement des différences et la formation de majorités opérationnelles.

Les partis politiques existants n'ont pas de réponse à proposer quant à ces défis. Ils sont incapables de développer de véritables alternatives. Ils sont prisonniers dans les structures rigides des partis et leurs idéaux sont détournés par les défenseurs d'intérêts particuliers et les lobbyistes. Il n'existe pratiquement aucun gouvernement démocratique capable de contrôler ses dépenses. La plupart des pays démocratiques ont emprunté, dépensé, et taxé à un rythme si effréné qu’ils ont provoqué une crise financière qui a mené différents pays au bord de la faillite. Et lorsqu'à de rares occasions les circonstances forcent les gouvernements à réduire leurs dépenses au moins temporairement, les électeurs bondissent pour protester contre ce qu'ils qualifient d'attaque contre leurs droits, rendant impossible toute véritable coupe dans les dépenses.

Malgré leurs dépenses effrénées, presque tous les pays démocratiques souffrent d'un chômage chroniquement élevé. De larges couches de la population restent sur le bas-côté. Il n'existe quasiment pas de pays démocratique qui ait constitué des réserves suffisantes pour sa population âgée.

De manière significative, toutes les sociétés démocratiques souffrent d'un excès de zèle bureaucratique et réglementaire. Les tentacules de l'État s'étendent sur la vie de chacun. Il existe des lois et des réglementations pour presque tout ce qu'on trouve sur terre. Et on s'occupe de chaque problème avec plus de lois et de réglementations plutôt qu'avec des véritables solutions.

Il n’est pas exagéré de dire que la démocratie est devenue une religion – une religion moderne, séculaire.
Dans le même temps, les gouvernements démocratiques ont du mal à assumer ce que la plupart des gens considèrent être leur rôle le plus important — faire respecter la loi et maintenir l'ordre. Le crime et le vandalisme sont la gangrène. La police et le système judiciaire ne sont ni fiables ni compétents, et sont souvent complètement corrompus. Les comportements inoffensifs sont criminalisés. En pourcentage de la population, les États-Unis possèdent le plus grand nombre de prisonniers au monde. Nombreux sont ceux parmi eux qui sont en prison à cause de comportements inoffensifs, simplement parce que la majorité considère que leurs pratiques sont choquantes.

Selon diverses études, la confiance du peuple en ses hommes politiques démocratiquement élus a atteint un niveau historiquement bas. Il existe une méfiance profondément enracinée dans la population face à ces gouvernements, à ces dirigeants politiques, à ces élites et à ces organisations internationales qui semblent s'être placées au-dessus de la loi. Beaucoup de gens sont désormais pessimistes face à l'avenir. Ils craignent que leurs enfants vivent moins bien qu'eux. Ils craignent l’invasion d'immigrants. Ils craignent que leur propre culture soit menacée et espèrent le retour de temps depuis longtemps révolus.